Coordination et appui composante digitalisation et innovation du projet(ICT4D).

  • Anywhere
Organization: HELVETAS Swiss Intercooperation
Closing date: 12 Sep 2022

TERMES DE REFERENCE

Enfants et Jeunes sur les routes migratoires en Afrique du Nord et de l’Ouest Mission : Coordination et appui composante digitalisation et innovation du projet. Date de la mission :

Contacts :

Corinne Massardier Cheffe de projetcorinne.massardier@helvetas.org+216 53 32 41 52

Anta Fall Cheffe de projet adjointeanta.fall@tdh.ch+221 77 635 35 00

Consortium de mise en œuvre : Helvetas,GIZ,Terre des hommes Date de début estimée : 15/09/2022 Date de fin : 31/12/2022Lieu : à distance


2 1.Introduction et Contexte

Le nombre de migrants internationaux s’accroît chaque année, il est estimé à 272 millions en 2019, soit 3,5% de la population mondiale1 dont 33 millions sont des enfants de moins de 18 ans (augmentation de 28% entre 2010 et 2019)2, en lien avec l’augmentation de la population mondiale. Tel que présenté dans le Cadre de la politique migratoire pour l’Afrique (2018 – 2030), « les forces motrices, la dynamique et les modèles de migration varient selon les régions d’Afrique. Cependant, au cours des 15 dernières années, les migrations ont augmenté dans toutes les régions de l’Afrique et se caractérisent par une population immigrante essentiellement jeune, âgée de moins de 30 ans et des flux migratoires divers ». En Afrique de l’Ouest et du Nord-Ouest, sur une estimation de 40-45 millions migrants internationaux, 5 millions seraient des enfants3, même si jusqu’à présent il n’existe pas de données exactes sur les enfants en mobilité et qu’il est difficile d’obtenir des données désagrégées par sexe, bien qu’une féminisation de la mobilité soit constatée depuis plusieurs années dans le continent africain4. Les enfants constituent en conséquence une partie importante des mouvements de populations dans le monde, et les causes justifiant cette mobilité sont très diverses : pauvreté extrême, manque d’emploi, volonté d’accéder à une offre éducative de qualité, recherche d’opportunités de développement durable, tradition familiale ou sociale de migration, fuite des violences, instabilité politique ou liée aux conflits et problèmes environnementaux, ou tout simplement la quête d’un mieux-être. Les filles, quant à elles, ont ces mêmes motivations, auxquelles s’ajoutent souvent l’inégalité et la discrimination de genre causées par les pesanteurs socioculturelles de leurs communautés d’origine qu’elles continuent très fréquemment à subir pendant leur périple migratoire.

Dans ce contexte, le gouvernement suisse s’engage dans le financement d’un projet régional sur les enfants et les jeunes sur les routes migratoires (EJM) en Afrique du Nord et de l’Ouest. Le projet « Enfants et Jeunes sur les Routes Migratoires d’Afrique de l’Ouest et du Nord » veut renforcer de manière pérenne les systèmes nationaux et régionaux de protection, d’éducation et d’insertion socioéconomique et faciliter l’accès des enfants et jeunes en mobilité aux services rendus par ces systèmes (insertion économique à partir de 18 ans).

Le projet a commencé avec une phase préparatoire (2021) et une première phase de 3 ans dans 5 pays pilotes pour pouvoir développer et tester des approches de renforcement des systèmes qui seront pérennes et qui ne dépendront pas structurellement des ressources extérieures (2022-2024 ;Guinée, Mali, Maroc, Niger, Tunisie). Il est prévu que le projet, dans les phases suivantes, couvre tous les pays de la CEDEAO plus Algérie, Libye et Mauritanie.

Un consortium mené par Helvetas, Terre des hommes et la GIZ en partenariat avec le MMC, Médecins du monde Belgique, Enda/MAEJT, SSI AO et SSI- International a été sélectionné par la Direction du Développement et de la Coopération suisse (DDC) pour la mise en œuvre du projet.

Objectif général du projet : Les pays en Afrique de l’Ouest et du Nord disposent de et appliquent un cadre normatif et des capacités organisationnelles nationales pour assurer aux enfants et aux jeunes en mobilité la protection et l’accès à l’éducation en vue d’améliorer leurs chances et opportunités pour une vie digne.

  • Effet 1: Bénéficiaires Les enfants et les jeunes en mobilité sont mieux protégés et ont accès à une éducation de qualité ; ils disposent des compétences et des capacités qui leur permettent d’améliorer leurs chances et opportunités pour une vie en dignité
  • Effet 2: Organisations Les systèmes et organisations nationaux, transnationaux et régionaux sont renforcés pour offrir une meilleure protection, éducation et intégration socioéconomique aux enfants et aux jeunes en mobilité
  • Effet 3: Politiques Les lois et les stratégies nationales et régionales sont inclusives et sont basées sur les droits de l’enfant ; elles tiennent compte des besoins des enfants et des jeunes en mobilité à travers des protocoles de prise en charge personnalisés
  • Effet 4: Profile suisse La Suisse se profile en matière des droits des enfants et des jeunes en mobilité et promeut ces droits auprès des Etats, instances de coordination et de gouvernance et des organisations partenaires

La volonté du consortium d’utiliser les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) pour répondre positivement au phénomène de la mobilité des enfants et des jeunes en Afrique de l’Ouest et du Nord repose sur deux convictions : D’une part, des évaluations de projet et des capitalisations d’expériences démontrent que des progrès ont été faits ces dernières années grâce à la digitalisation des services et l’utilisation des réseaux sociaux en termes de sensibilisation, gestion de cas, gestion de l’information, amélioration des conditions d’accès ainsi que de la qualité des services de protection, éducation et insertion économique. Cette orientation doit être renforcée et généralisée, notamment en matière d’interconnectivité, de renforcement de compétences des acteurs, de participation des bénéficiaires, d’incubation de solutions innovantes centrées sur les besoins des EJM, de gestion des connaissances, des données et de protection des données.

D’autre part, la manière la plus efficace et la plus durable de faire bénéficier les populations vulnérables des avantages de la révolution numérique est d’augmenter leur propre maîtrise des outils numériques et de favoriser leur participation active à la création de services digitalisés adaptés à leurs problématiques, à leurs contextes et à leurs aspirations.

Dans cette perspective, des orientations principales ont été prises par le consortium en matière d’innovation digitale :

1. Mettre en place, une plateforme de praticiens, collaborative et numérique combinant des activités en présentiel et connectant les acteurs clés des systèmes qui traitent la problématique des enfants et des jeunes sur les routes migratoires. Cette plateforme aura pour but de valoriser/catalyser les ressources existantes et de stimuler la communication et les collaborations entre acteurs aux échelles nationales et régionales afin de renforcer durablement leurs connaissances théoriques et pratiques.

2. Expérimenter le concept de Resilience Innovation Facilities (RIF) à travers des projets pilotes implémentés dans des zones stratégiques le long des routes migratoires (Maroc et Guinée dès 2021).

3. Améliorer l’information des EJM à propos des services dont ils ont besoin via l’utilisation d’une plateforme/application («app ») numérique. Il est essentiel de veiller scrupuleusement à ne pas favoriser certaines formes d’exclusion et d’adapter l’application de localisation de services et d’informations aux profils/besoins et aux logiques d’action des EJM. L’application ou la solution intégrée proposée devra être la plus accessible possible et transmettra des informations actualisées et sensibles au genre et à la diversité. Les questions relatives à la participation des EJM dans la conception ou l’adaptation de la solution, ainsi que le potentiel refus des utilisateurs d’être identifiés et localisés contre leur gré, sont des enjeux qui ont retenu toute l’attention du consortium.

4. «Digital Learning» : Le projet entend tabler sur le potentiel des technologies digitales, dans le but de mieux informer et renforcer les capacités des EJM, faciliter la continuité de l’information, ainsi que la coordination des acteurs. Dans ce cadre, le consortium compte mettre à profit son expérience dans le domaine de l’« apprentissage digital » pour tester des outils permettant à la fois l’accès des EJM aux informations et aux services dont ils ont besoin en situation de mobilité, mais aussi pour prolonger l’accès à des contenus et processus d’apprentissage initiés auprès des acteurs de l’éducation et de la formation. Cette offre à piloter pourra notamment porter sur les dimensions/contenus suivants :

  • Sensibilisation et informations pratiques quant à la mobilité et ses implications pour prise de décision informée (lien avec application digitale).
  • « Life skills » : comment se protéger le long du parcours migratoire et accès au service clefs (digitalisation des modules identifiés et/ou développés dans le cadre du projet).
  • « Projet de vie » : une module « online » de réflexion sur le projet de vie pourrait être testé.
  • Langues : rudiments/mots clefs de langages pourraient être disponibles.

5. Poursuivre le développement de services digitalisés en matière de protection, éducation et insertion économique des EJM (produits éducatifs et de formation professionnelle, services bancaires en ligne, méthodes d’authentification biométrique favorisant l’assistance humanitaire ou la sauvegarde de documents, etc.).

Cette offre devra s’adapter au contexte de l’Afrique de l’Ouest et du Nord quant à l’accès à internet, combiné aux défis posés par la mobilité. La philosophie du projet restera de se baser sur l’existant et d’éviter de créer de nouveaux systèmes couteux. Les pilotes devront donc s’articuler avec les applications existantes et ayant déjà fait leurs preuves, tant en termes d’utilisation que de popularité auprès du public cible. En ce sens, les ponts entre les applications « en vogue » chez les EJM (réseaux sociaux) devront être promus afin de populariser ces nouveaux outils. Au travers de ses activités le projet devra à la fois mettre les EJM en capacité d’utiliser les outils promus et/ou (co)-développés par le projet, mais aussi créer de l’intérêt et la confiance.

2. Objectifs de la mission

2.1 Objectif Général

Le consultant accompagnera l’équipe projet dans les analyses en cours sur la protection des données, dans la conduite d’un « user assessement », ainsi que sur les prises de décisions sur les outils et plateformes à utiliser et / ou créer. Il pilotera un groupe de travail et produira les livrables nécessaires(voir point 8)à la prise de décisions et au plan de travail de l’année 2023/ 2024 pour la composante digitalisation et innovation du projet.

2.2 Objectifs spécifiques

Il s’agira plus précisément de:

Gérer et coordonner le groupe de travail « digitalisation et innovation » du consortium travaillant et effectuant le suivi des axes de travail précités, organiser les réunions, faire les comptes rendus, faciliter les débats et éventuellement faire intervenir des organisations extérieures.

Participer au lancement de la consultance sur la protection des données(finalisation des documents à publier et processus de sélection). Suivre et s’assurer de la qualité et de la temporalité des rendus relatif à cette consultance sur la protection des données dans les 5 pays du projet.

**- Appuyer, suivre et piloter dans les 5 pays une «évaluation des utilisateurs» ou « users assessement »**avec l’appui de l’équipe projet et des partenaires ayant accès aux enfants et aux jeunes en mobilité. Cette évaluation des utilisateurs permettra de comprendre les besoins et usages des Enfants et Jeunes en mobilité des nouvelles technologies et plus particulièrement pour localiser des services dont ils auraient besoin.

– Faciliter la prise de décision sur la plateforme de E-learning et la plateforme d’échanges pour les professionnels et pour les enfants et les jeunes (sur la base des plateformes existantes et du début de cartographie) pertinence et faisabilité pour le partenariat et l’articulation avec l’existant

– Proposer et organiser les rencontres en vue des partenariats nécessaires à la composante digitalisation du projet

– Proposer des pistes et faire de la prospection sur l’existant pour un outil de coffre-fort sécurisé utilisable et adapté aux enfants et jeunes en mobilité Les études seront mises à la disposition des autorités locales et nationales et seront partagées avec les partenaires.

3.Méthodologie

Sur la base d’une approche participative et de prise de décision collégiale, le consultant accompagnera le projet dans la déclinaison des modalités techniques et légales pour les différentes activités de la composante digitalisation du projet et d’un plan de travail pour 2023 et 2024.

4. Thèmes transversaux

Une approche participative et sensible au genre sera appliquée de façon transversale, permettant si possible, une interaction avec les bénéficiaires et groupes cibles dans les zones d’intervention de l’action. La méthodologie devra prendre en compte le manuel et guide pratique pour travailler en situations de fragilité et de conflit (cf. approche «Gestion des projets sensibles aux conflits(GPSC)1 ») et le principe “do no harm (ne pas nuire)”.

5. Protection des participants au processus de collecte de données

Pendant tout le processus, les parties prenantes devront appliquer et respecter la Politique de Sauvegarde de l’Enfant des organisations, y compris le consentement signé.

6. Rôles, responsabilités et mécanismes de coordination

Le consultant recruté sera sous la responsabilité fonctionnelle de la Cheffe de Projet. A ce titre, l’Unité de Mise en Œuvre (UMO) du projet aura la charge de :

  • Conduire le processus de sélection et contractualiser avec le consultant,
  • Superviser l’atteinte des résultats et la qualité des livrables soumis par le consultant
  • Répondre aux demandes d’appui du consultant notamment s’agissant de faciliter l’accès aux bureaux pays, aux interlocuteurs et documents identifiés comme pertinents par le consultant.

Le consultant a la responsabilité de conduire le groupe de travail, de planifier les actions et de les mettre en œuvre avec l’équipe du projet et le consortium, ainsi que de fournir tous les livrables listés au chapitre 8, conformément à ces termes de référence.

7.Durée de la mission

Le contrat est prévu pour une durée de 45 jours de travail, entre le 15/9/22 et le 31/12/22

8.Livrables et délais pour rendre les rapports

•Un rapport d’analyse préparatoire, incluant une méthodologie (1/10/22)

•Comptes rendus des réunions du groupes de travail (bimensuel)

•Proposition de solutions avec feuilles de route pour chaque solution digitale (1/11/22)

•Plan d’action pour 2023 et 2024 afin d’atteindre les objectifs fixés par le projet (1/12/22)

•Rapports final et recommandations (15/12/22)

9.Profil du/des consultants

Le/la consultant (e) doit avoir le profil ci-après :

Qualifications académiques :

Le-La consultant-e, doit être titulaire d’un Diplôme Bac + 5 ans ou plus, en ingénierie informatique et en développement de systèmes d’information digitale, architectures et solutions digitales.

Années d’expérience : Le-La Consultant-e doit justifier d’au moins 7 ans d’expériences professionnelles dans le domaine de ITC4D, de l’appui à la digitalisation des services fonctionnels et organisationnels au sein d’organisations publiques ou privées. IL-Elle doit justifier d’une solide compréhension des enjeux liés à la digitalisation pour le développement.

Il-Elle doit avoir :

– (i) une expertise avérée dans les domaines ITC4D et tous les domaines liés à la digitalisation et à l’innovation ainsi qu’une connaissance technique des environnement digitaux. Une connaissance juridique de la protection des données est un atout supplémentaire.

– (ii) d’excellentes aptitudes en communication, et capacité à exprimer des idées de manière claire, concise et efficace, tant oralement que par écrit ;

– Iii) Expérience de facilitation de groupes de travail

– (iv) très bonne maîtrise du français ; la connaissance de l’anglais, en particulier de l’anglais technique en système d’information, serait un atout.

Savoir être :

  • Excellente capacité d’analyse, d’organisation, de rédaction et de rapportage ;
  • Capacité de travailler de façon autonome, planifier, hiérarchiser et livrer les produits dans les délais impartis ;
  • Ouverture d’esprit et capacité à recevoir/intégrer les feedbacks ;
  • Faire preuve de sensibilité et d’adaptabilité ;
  • Capacités avérées à planifier, organiser et mettre en œuvre efficacement des activités ;
  • Bonne aptitude à communiquer.

How to apply

10. Soumission des offres

Le(s) candidat(e)s intéressé(e)s par cette consultance devront déposer un dossier en français comprenant :

  • Une offre technique incluant une note sur la compréhension de la mission, ainsi que le CV détaillé et à jour du/de la consultant(e). La méthodologie de travail doit être concrète et clairement développée (max. 10 pages).
  • Une offre financière détaillée en CHF comprenant des frais de jours travaillés y incluant tous les frais nécessaires à la mission.
  • Une confirmation de la disponibilité aux dates indiquée

Les dossiers de candidature doivent être envoyés par courrier électronique à l’ adresse suivante : achatejmtunis@helvetas.org La date de clôture de la réception des candidatures est fixée au 12 septembre 2022 à minuit CET.

11. Critères d’évaluation des offres :

– Méthodologie proposée (30%)

– Pertinence de l’expérience professionnelle (connaissances et expérience en lien avec la mission) (30%)

– Offre financière (30%) – Expérience de travail et en équipe dans des travaux similaires (10%)

Source

close

Weekly Opportunities .

Sign up to receive opportunities in your inbox.

We don’t spam! Read our privacy policy for more info.